Contexte géologique et hydrologique

Géographie Physique et géologie

Une géographie physique variée

Pour qui se rend dans le Val d’Ason, un des traits physiques les plus frappant est sans nul doute la variété des formes de relief et le contraste des couleurs entre les verts “ irlandais ” et le blanc des falaises et des énormes môles calcaires.
La nature géologique locale a une responsabilité prépondérante car, si la structure de l’ensemble est relativement simple, la série lithologique très épaisse est particulièrement riche et complexe avec de nombreux changements latéraux de faciès et des alternances multiples entre calcaires, grès, marnes, siltites. Les duretés relatives de ces roches ont donc une influence très marquée sur le relief et les natures chimiques différentes jouent indirectement sur la végétation par l’intermédiaire des sols. La conséquence la plus spectaculaire a été le façonnement de gigantesques escaliers rocheux s’élevant sur plusieurs centaines de mètres comme dans les ravins de Rolacia (photo), au Picon del Fraile ou sur les flancs dominant la haute vallée du Rio Miera.

Au gré de la fracturation ou de la stratigraphie, des prairies grasses et paisibles côtoient d'arides lapiaz. Ici, en franchissant la faille de Las Passadas (visible sur la droite de la photo), on passe des landes grèseuses du pourtour de la Muela aux lapiaz acérès de Bordillas et de l'alto de Tejuelo. Mais méfions nous des apparences, car on peut rencontrer d'importantes cavités dans ces deux types de paysages et le spéléologue prospecteur devra parfois oublier certains clichés.

Une structure géologique relativement calme

Les terrains de la région d’Asón sont affectés au nord par un bombement OSO-ENE passant à San Roque sur le Río Miera et recoupant le Río Asón au sud d’Arredondo.

De part et d'autre des failles de Bucebron les strates plongent soit vers le nord (Muela), soit vers le sud (Porracolina).
(Les commentaires apparaîssent en survolant l'image avec le pointeur.)

Cet anticlinal ou pseudo anticlinal, dit de Socueva, est souligné de grandes failles axiales parallèles (failles de Bucebron et de Socueva), avec des rejets parfois importants atteignant environ 200 m au pied de l’Alto de Porracolina. Ces accidents déterminent quelques pincées subhorizontales entre les flancs nord et sud de la ride.

Le relief de faille sur le flanc nord de l'alto de Porra. L'accident met en contact des formations gréseuses (7) et les calcaires récifaux de bucebron (4).
(Les commentaires apparaîssent en survolant l'image avec le pointeur.)

Vers le nord les strates plongent suivant un pendage de 10 à 20°. Au niveau de l’Alto de Tejuelo, de nombreuses fractures SO-NE relèvent à tour de rôle les compartiments successifs.

Le rebord de l'Alto de Tejuelo en rive droite du Rio Miera. Les failles relèvent de façon répétitive les escarpements calcaires.

Un important accident ouest-est, prolongement de la faille des Esles (ou faille de Cabuerniga), suit approximativement le Río Bustablado (et probablement vice et versa).

Le flanc sud de l’anticlinal occupe une surface nettement plus importante. Il est d’abord affecté par une très complexe zone fracturée au niveau du Haut-Rolacia (Helguerón, Regato Callejón) pour poursuivre apparemment plus calmement son plongement vers le sud sud-est avec un pendage moyen de l’ordre de 10°. Quelques cassures importantes apparaissent au sud de Peña Lusa, à la limite des Provinces de Santander et Burgos.

Version plus grande

La structure générale anticlinale a comme conséquence de faire affleurer les terrains les plus anciens (Barrémien supérieur, Aptien inférieur) dans les boutonnières de San Roque de Ríomiera et de Socueva. A partir de là, vers le sud, ils sont régulièrement recouverts par des dépôts de plus en plus jeunes (jusqu’à Albien supérieur).

Version plus grande

Remarque

La carte géologique existante est malheureusement d’une précision des plus aléatoire et présente surtout pour nous quelques défauts majeurs.
A côté de lacunes d’ordre structural, comme l’absence de certaines failles importantes (Brenuca), c’est surtout au plan stratigraphique que le bât blesse le plus. Des niveaux imperméables gréseux ou marneux importants ne sont pas mentionnés (grès de El Albeo). Ils jouent pourtant un rôle de substratum imperméable déterminant dans l’élaboration des processus karstiques. Plus grave est l’amalgame fait en réunissant sous le même vocable des séries calcaires complètement distinctes et de datation différente, et qui vont renfermer en leur sein des réseaux karstiques complètement indépendants. Les calcarénites de la Porra sont ainsi mêlés aux calcaires du Haut-Rolacia et même aux calcaires de las Pizarras. Les niveaux calcaires du Picon del Fraile sont malheureusement confondus avec les calcaires de Pena Lusa. On retrouve réunies sous le même figuré quelques 600 m de strates avec en intercalation deux niveaux gréso-marneux dont l’un a une puissance de l’ordre de 150 m !
La carte géologique présentée, sans prétention scientifique excessive, comble quelques-unes unes de ces insuffisances.

 
< voir la carte géologique
 

 

Accueil Karstexplo | Karst des Alpes | Cuevas del Alto Asón