Torca de la Garma de Ulles

(n°2463)

Développement : 335 m
Dénivellation : -150 m

La torca de la garma de Ulles est actuellement la seule cavité ayant un peu d'ampleur dans le grand lapiaz qui chapeaute la peña Becerral et dans lequel on trouve pourtant de nombreuses "méga dolines". Située au nord des galeries connues du réseau de la Gandara, ce gouffre aurait pu donner accès à des drains similaires à ceux découverts dans la cueva de Helguera.

Situation et accès

L'entrée de la torca s'ouvre dans la partie supérieure du lapiaz de la peña Becerral, au fond d'une méga doline d'environ 30 m de diamètre.

x : 452,024 ; y : 4782,773 ; z : 970 m (UTM-ED 50)
Commune : Soba

Description

On accède au fond de la doline par l'ouest en empruntant une échancrure sur la droite. Une série de petits ressauts amène à un dernier cran vertical de 5 à 6 m qu'il est préférable d'équiper.

GarmaUlles1

Le fond de la doline et l'accès aux puits (dérrière le personnage)

Au bas et en paroi nord, une diaclase mène à un puits de 21 mètres dont l'orifice a été agrandi. Au bas, le conduit principal revient sous la doline et se termine par des trémies. La suite se situe à proximité du bas de la corde dans un soupirail qu'il a fallu également agrandir (R.2). Derrière, la voûte se redresse dans un conduit plus ample qui remonte également jusqu'à des trémies. Cependant, au début et sur le côté de cette galerie, un puits de 13 m rejoint un méandre actif dont l'aval a fait l'objet de nombreuses désobstructions. Long d'une quinzaine de mètres, il aboutit au sommet d'un premier petit puits de 4 m suivi d'un autre de 52 m beaucoup plus vaste. Le bas de celui-ci correspond à un petit banc calcaréo-gréseux décimétrique qui constitue la margelle du puits suivant (23 m) potentiellement bien humide. Le fond est très étroit et heureusement, une lucarne à mi puits permet de court circuiter ce passage impénétrable tout en échappant à la partie la plus arrosée du puits. Ceci dit, quelques mètres après cette lucarne il a fallu de nouveau désobstruer deux passages afin d'accéder à un dernier puits de 9 m. La suite est un minuscule méandre en partie noyé et sans air. Une escalade dans une cheminée très légèrement soufflante n'a pas permis de retrouver un quelconque conduit se dirigeant vers l'aval.

GarmaUlles2

Le sommet du P.23 et sa banquette de grés caractéristique.

Courant d'air aspirant en hiver et soufflant en régime estival. Celui-ci semble moins marqué au fond, dans le dernier puits de 9 m.

Géologie et hydrologie

La cavité se développe dans les calcaires à mud-mouds de la peña Becerral (niveau 11) et le long d'une des grandes fractures est-ouest qui lacère le lapiaz. Les ruissellements rencontrés à partir du bas du P.13, rejoignent de toute évidence le réseau de la Gandara, peut-être via la cueva de los Santos. Une coloration permettrait d'en savoir plus.

Historique des explorations

2016 - 2017

L'entrée au bas de la doline est découverte par le S.C. Dijon le 3 décembre 2016 (P. et S. Degouve). Le départ du P.21 est agrandi 3 mois plus tard (18 mars 2017, P. et S. Degouve, G. Simonnot) mais faute d'équipement, celui-ci ne sera descendu que le 19 avril suivant (D. Boibessot, P. Degouve, Ch. Philippe). De nouveau il faut désobstruer et le 25 mai une forte équipe réussit à franchir le soupirail de - 40 m et reconnait la suite jusqu'à un nouveau méandre étroit (P. et S. Degouve, A. Massuyeau, B. Nurisso, G. Simonnot). Le 5 juillet, la première partie de celui-ci est franchi (P. et S. Degouve) mais il faudra attendre le 30 octobre pour que le sommet du P.50 soit atteint (D. Boibessot, P. Degouve, Ch. Philippe).

2018

L'accès au puits reste compliqué et des aménagements sont réalisés le 1° janvier 2018 (P. et S. Degouve). La descente a enfin lieu le 9 avril 2018. Ce jour-là, il y a beaucoup de neige dans la doline et le puits est bien humide. Les P.52 et 23 sont descendus et la suite est identifiée dans la lucarne de -133 marquée par un bon courant d'air aspirant (D. Boibessot, P. et S. Degouve, B. Pernot, Ch. Philippe, G. Simonnot). Il faudra encore 3 séances de désobstruction assez pénible pour élargir les passages qui suivent et parvenir au fond du gouffre : le 12 août 2018 (P. Degouve, J.N. Outhier, G. Simonnot), le 16 août (P. et S. Degouve, J. N. Outhier) et enfin le 3 octobre (D. Boibessot, P. Degouve, B. Pernot).

 

< télécharger la topographie du S.C. Dijon (Plan et coupe)(format A3) (300 ko)

 

 

Accueil Karstexplo | Karst des Alpes | Cuevas del Alto Asón