L’été sera chaud….

Après une bonne semaine en Cantabria et avec la présence d’une solide équipe venant de Franche Comté et de Savoie, voici quelques nouvelles concernant nos dernières explorations.

Dans le canal del Haya, deux sorties nous ont permis de débuter l’exploration du gouffre des 3 Yeux situé sur le flanc ouest de Vallurgo. Deux branches ont été reconnues jusquà -60 m et -100 m environ. Actuellement nous nous arrêtons par manque de corde dans un puits estimé à 80 m. A suivre dans les jours prochains (P. et S. Degouve).

L'entrée de la torca de los Tres Ojos (3 Yeux)

L’entrée de la torca de los Tres Ojos (3 Yeux)

Dans le même secteur, nous sommes retournés dans la torca Aitken qui attend toujours d’être connectée au réseau de l’alto de Tejuelo-Muela, tout proche. Il restait quelques points d’interrogation dans l’extrémité amont de la galerie Tom-Tom située juste sous la salle du bivouac. Malheureusement, nous n’avons pas trouvé grand chose dans ces conduits très cassés, si ce n’est deux petites jonctions avec des galeries déjà connues. Nous nous sommes donc repliés sur la galerie du Casque et sont fort courant d’air provenant de la trémie amont. Après un ratissage quasi systématique du secteur nous ne sommes pas parvenus à sortir de la trémie qui barre le conduit sur plus de 50 m de large. Deux cents mètres de topos ont été ajoutés au développement ce qui porte celui-ci à un peu plus de 9 km. (D. Boibessot, P. et S. Degouve, J. Palissot) TPST : 10 h

Au-dessus de la Gandara, en profitant des journées dites de repos, nous sommes montés à deux reprises pour désobstruer la torca 1771. Malgré un courant d’air prometteur et des travaux importants, nous n’avons pas trouvé de conduit pénétrable en profondeur et notre progression s’est arrêtée à -6 m sur des diaclases impénétrables. (D.Boibessot, P. et S. Degouve, J. Palissot, A. et Ch. Philippe)

Construction ou désobstruction ? L'entrée de la torca 1771

Construction ou désobstruction ? L’entrée de la torca 1771

Face à cette sécheresse exceptionnelle, il était impensable de ne pas retourner à Carcabon continuer l’exploration de la grande galerie de l’Atlantide que nous avions découverte à l’Automne. Rappelons pour mémoire que ce réseau s’ennoie presque totalement lors des crues printannières.

« Ce dimanche, nous avons rendez-vous à 9 H avec Ricardo de l’AER. Les conditions météo sont idéales. Nous entrons dans la cueva une demi-heure plus tard. Le courant d’air est franc, et le boyau est particulièrement sec. Par contre, les traces des crues hivernales sont bien visibles et de nombreux cailloux emportés par le cours d’eau jonchent le sol. Arrivés au premier lac, nous constatons que le reefnet est cinquante centimètres au-dessus du niveau d’eau. Par contre, les talus de glaise ont un peu glissé et l’accès à la corde se fait dans un immonde cloaque qui remonte jusqu’au genou.

La via Coloscopia, un boyau de 250 m de long agrémenté de quelques voûtes mouillantes. C'est l'entrée en matière de Carcabon.

La via Coloscopia, un boyau de 250 m de long agrémenté de quelques voûtes mouillantes. C’est l’entrée en matière de Carcabon.

Il nous faut une bonne heure et demie pour atteindre le carrefour Gaspard où nous avions laissé un peu de matériel et quelques vivres. Il ne reste que quelques cordes, couvertes d’une fine pellicule d’argile. Le reste a disparu, emporté par les eaux. Il y avait notre bouteille de gaz, dommage. Après un bref arrêt au bas de la salle du Périscope, nous débutons l’exploration de la galerie du Nautilus. Très rapidement, et contre toute attente, nous retrouvons notre bouteille de gaz et quelques paquets de pates chinoises. Le conduit, de taille moyenne au début est parcouru par un bon courant d’air soufflant. Progressivement, il prend de l’ampleur et nous commençons à laisser de côté les premiers départs latéraux et quelques puits qui semblent rejoindre le niveau actif. Nous nous laissons conduire par le courant d’air pour trouver les passages. Visiblement, nous sommes toujours dans la zone épinoyée et l’argile reste omniprésente. Heureusement, les rares bassins ne sont pas trop profonds ce qui nous permet de ne garder que le bas de nos néoprènes. Comme d’habitude, nous déroulons la topo au fur et à mesure de la progression et comme le conduit est assez rectiligne, cela avance bien. Après 400 m de progression, nous devons équiper un petit ressaut pour accéder au fond d’un canyon légèrement plus grand. Les départs latéraux sont de plus en plus nombreux et il faut parfois chercher son chemin dans ce qui s’apparente de plus en plus à un labyrinthe. C’est le cas un peu plus loin où nous buttons sur un puits d’une quinzaine de mètres que Ricardo commence à équiper. Cela ne sera finalement pas nécessaire car, dans le même temps, Dom trouve un conduit supérieur d’où provient le courant d’air. Celui-ci prend progressivement une belle ampleur (15 x 10 m) et remonte en suivant le pendage jusqu’à sortir de la zone épinoyée au niveau de la salle de l’Île Mystérieuse. D’un avis unanime, nous convenons que celle-ci pourrait accueillir un éventuel bivouac si la grotte devait continuer beaucoup plus loin. Mais cela ne dure pas et juste après cette salle, il nous faut redescendre dans la zone argileuse. Vers 17 h, après 8 h de progression, nous parvenons dans une autre salle plus chaotique (Salle du Ballast) que nous traversons sans véritablement la fouiller. Du coup, nous perdons le drain principal et devons continuer dans un conduit plus petit et très boueux. Heureusement celui-ci semble rejoindre l’axe initial, mais le secteur est complexe et le courant d’air, toujours aussi fort, provient de plusieurs galeries différentes. Nous choisissons celle qui nous semble la plus confortable. Vers 18 h nous nous arrêtons devant un puits d’une dizaine de mètres. Il commence à être tard et il faut songer au retour car sans vraiment le savoir, nous venons de topographier près de 2 km de nouvelles galeries. Le retour jusqu’à la salle du Periscope prend près d’une heure et demie. Avant de continuer vers la sortie, nous prenons soin de monter au « sec » (environ 20 m plus haut) les affaires que nous laissons pour la prochaine fois. Pour ressortir il nous faut encore deux bonnes heures. Au passage, nous récupérons le reefnet afin d’analyser les variations du niveau du lac durant toute l’année. (D.Boibessot, P. et S. Degouve, Ch. Philippe et Ricardo (AER)) TPST : 13 h

A la suite de cette exploration, la cueva développe 4200 m de conduits dont la majeure partie se trouve complètement noyée en période de hautes eaux. Cela ne manquera pas de compliquer sérieusement les explorations futures surtout lorsqu’un bivouac deviendra nécessaire…

C.R. Patrick Degouve

 

One Response to “L’été sera chaud….”

  1. Dole dit :

    Bravo… Une sacrée explo et du qui barre a donf !
    Comme a St pe ! 😉
    Continuez à nous rajouter 3kils
    Bravo a l’équipe !
    Amities
    Alain

Laissez une réponse

Subscribe to RSS feed