Petit séjour studieux en Cantabria

Jeudi 10 novembre 2011

Participants : P. et S. Degouve

L’équipe étant très réduite nous décidons de poursuivre l’inventaire sur le secteur de Buzulucueva. Nous commençons par le secteur ouest où nous avions repéré plusieurs entrées non marquées. Ici aussi la densité des orifices est importante et nous explorons successivement  les torcas 1668 (-7 m), 1669 (-20 m), 1670 (-12 m), 1674 (-24 m) et localisons des cavités explorées par le SGCAF en 1985, 86. Le travail est un peu besogneux mais cela aura au moins l’avantage de ne pas le recommencer à chaque fois qu’une nouvelle équipe de spéléo arrivera sur le secteur.

Les lapiaz entre Bucebron et Buzulucueva. A droite, le flanc nord de la peña Lavalle où s'ouvre le Cueto.

Vendredi 11 novembre 2011

Le temps est tempetueux et un vent violent souffle sur la Lunada. Cela ne nous empêche pas d’aller poursuivre la désobstruction de la cueva 1624. Il y a toujours du courant d’air, soufflant cette-fois-ci. Avec une série de pailles nous parvenons au bout d’une paire d’heures à franchir la première étroiture. Malheureusement, la suite n’est pas fameuse et prend la forme d’une fissure impénétrable. Inutile donc d’insister.

La torca 1623 s'ouvre à la limite des calcaires sous un niveau gréseux

Nous restons dans le secteur et en profitons pour aller voir la torca 1623 mais là aussi, nous nous heurtons à des fissures étroites vers -12 m seulement.

Samedi 12 novembre 2011

Retour à Buzulucueva. Les cadences infernales reprennent : torca 1677 (-9 m), 1678 (à désobstruer), 1679 (-23 m), 1680 (-4 m), 1681 (-14 m), 1682 (-5 m), 1683 (-10). Nous pointons encore d’autres cavités anciennes mais sommes encore loin d’avoir ratissé le secteur. A suivre donc…

Dans la lande, les hautes herbes, les fougères et les ronces masquent des entrées et la période hivernale est alors la plus propice aux prospections.

Patrick Degouve

Tags: , ,

Laissez une réponse

Subscribe to RSS feed