Carcabón : une vieille histoire

Carcabón : une vieille histoire
Commentant une sortie hispano-française à la cueva del Carcabón (octobre 2014) notre ami Angel Garcia de l’A.E.Ramales parle furtivement de ses anciennes escapades (et de celles de Wichi) dans cette grotte.
Il apparaît donc une activité sporadique sur de longues années qui n’est pas sans rappeler la notre
J’exhume quelques unes de mes vieilles notes (certaines n’ont pas un intérêt majeur) relatives à des recherches très clairsemées autour du système de la Fuente Iseña et de la cueva del Carcabón. Ces informations pourront ainsi être recoupées avec celles de nos collègues Cantabres de l’A.E.R.
Et puis ce long processus de recherche, de réflexion (voire de méditation !), de travaux abandonnés puis repris, étalés sur de longues années, est là pour rappeler une fois de plus que les belles découvertes ne sont pas des coups de chance comme certains ont tendance à le penser !

Pour les jeunes spéléologues que nous sommes au début des années 70 la connaissance du karst s’étendant à l’ouest de Ramales reste circonscrite à la lecture de la thèse de Claude Mugnier et de son inventaire.
Sur le terrain, nous œuvrons alors seulement sur le massif de Porracolina suite à la première scission du Spéléo-Club de Dijon (Porracolina pour le Spéléo-Club de Dijon, Mortillano pour la Société Spéléologique de Bourgogne).
Ce n’est donc que plusieurs années plus tard que nous en viendrons à nous intéresser au système de la Fuente Iseña.

9 avril 1979 (Bernard Lebihan (plongeur), P. Degouve, G. Simonnot).
Plongée de la Fuente Iseña (n° 5051) sur 25 m jusqu’à un joint impénétrable.

8 avril 1982 (Guy Simonnot)
Cueva del Carcabón (5055). Avancée dans le boyau au-delà du soupirail (bruit d’eau ou d’air mentionné dans l’inventaire de C. Mugnier). L’entrée doit être agrandie dans le sable et le conduit montant, gras à souhait, est alors très étroit (retour les pieds les premiers). L’affaire semble bien compromise avec les moyens de l’époque.
Ancillo. Le but est surtout de retrouver une perte figurant elle aussi dans l’inventaire Mugnier (5057) ; j’en profite pour effectuer une prospection bien trop succincte et qui sera hélas sans suite jusqu’à ce jour.

Ancillo 1982

1er avril 1984 (Patrick et Sandrine Degouve, Guy et Muriel Simonnot).
Recherche en vain de la cueva del Aspio et visite collective du Carcabón

3 avril 1986 (Patrick et Sandrine Degouve, famille Simonnot).
Découverte surprise d’une nouvelle perte à Ancillo.

Ancillo 3 avril 1986, Ancillo

Ancillo 1986 : de gauche à droite Sandrine et Patrick Degouve, Maud, Maxime et Guy Simonnot

Après une courte désobstruction dans les branchages un beau méandre actif, avec des remplissages importants, peut être parcouru sur une centaine de mètres (-20 environ)

Ancillo méandre coupe
Nous réalisons de nouvelles et vaines tentatives de désobstruction dans les deux pertes vues en 1982, et situées une cinquantaine de mètres plus haut en altitude.

1986 (Patrick Degouve).
Nouvelle reconnaissance en plongée à la fuente Iseña qui confirme que le fond est impénétrable. À -3 un boyau s’avère lui aussi rapidement impraticable

14 et 18 août 1987 (G. Simonnot).
Visite des grottes de Vega Corredor (5052) avec un autochtone

28 août 1987 (Guy et Maxime Simonnot).
Topographie de la cueva de Carrascal (5037)

30 août 1988 (Guy Simonnot).
Cueva de Helguero (5056). Au fond du porche, désobstruction du boyau qui avait été rebouché de pierres et masqué par un bric à brac de vieux sommiers, ustensiles les plus divers… Nul doute que l’obturation datait de nombreuses années. Manifestement quelqu’un était déjà passé comme le montrait la présence d’une vieille bouteille posée sur la dalle en haut de la grande salle.

31 août 1988 (Guy, Muriel Simonnot et les enfants).
Désobstruction à l’entrée du boyau souffleur du Carcabón qui est pratiquement totalement ensablé.

Carcabon, 31 août 1988

Surprise au fond du boyau : une lampe et un touret recouverts d’une pellicule d’argile et qui n’étaient pas là en 1982.

carcabon 31 août 88

9 avril 1990 (Patrick et Sandrine Degouve, Guy et Muriel Simonnot + 3 enfants).
Cueva de Helguero. Des étiquettes (topographie de spéléologues locaux ?) ont été posées depuis la réouverture du boyau, deux ans plus tôt. Nous réalisons la topographie de la cavité.

Copie de helguero plan 1

18 juillet 1990 (même équipe, plongeur Patrick Degouve).
Cueva de Helguero. Le siphon spacieux, mais tapissé de glaise, est parcouru sur 60 m (-30)

22 avril 1992 (familles Degouve et Simonnot).
Une petite désobstruction est tentée au fond de la cueva de Carrascal.
Dans le secteur Costal de Cubiones, près de Valle, nous explorons, sur environ 100 m de long, une petite grotte qui, après le porche d’entrée et un petit muret, débute par un couloir descendant (-15 / -20). Le fond, étroit, est richement concrétionné mais sans espoir de continuation.

3 mai 1991 (Guy Simonnot).
Topographie de surface entre Carcabón et Helguero. De fortes pluies depuis plusieurs jours accompagnent la fonte d’une neige tardive. Les entonnoirs au dessus de la fuente Iseña vomissent de gros volumes d’eau et le Carcabón coule.
29 juillet 1995 (Guy Simonnot).
Cueva del Carcabón. Visite, presque de routine pourrait-on dire. Rien ne semble avoir changé depuis 1988.
11 août 2003 (Pierre Perrault, Martin et Guy Simonnot).
Cueva del Carcabón. L’été 2003 est marqué par de fortes chaleurs et une très grande sècheresse. Le courant d’air est très violent mais l’entrée basse du boyau est à nouveau très ensablée. Nous passons une journée pour enlever de nombreux bacs de sable dans la pente précédent le point bas.

carcabon 2003
Suit une longue période sans visite
2 juillet 2011 (Guy Simonnot).
Cueva del Carcabón. J’effectue un brin de topographie. Le temps a passé et le courant d’air est toujours aussi fort. On ne peut tout de même pas en rester là après tant d’années de quasi surplace.
10 juillet 2011 (Patrick et Sandrine Degouve, Guy Simonnot).
Mes acolytes n’ont pas été difficiles à convaincre à leur arrivée. Cette fois c’est avec un arsenal conséquent (perfo et batteries en nombre) que nous attaquons le problème. En même temps le boyau d’accès est notablement amélioré, surtout en prévision des innombrables va-et-vient de bidons de gravats.
Les hostilités sont maintenant ouvertes
Sur une période de plus de deux ans, à trois, à deux (Patrick et Sandrine), et heureusement en été ou à l’automne avec l’aide alternative de Bruno, Ludovic, Jean-Noël, Christophe, Dominique, nous pouvons évacuer des monceaux de blocs et avancer décimètre après décimètre.
Enfin, le 31 octobre 2013, un dernier tir libère la « Via Coloscopia ». Une nouvelle épopée commence…

Fin juillet 2015, l’exploration en cours  a déjà livré plus de 5 km de galeries.

Guy Simonnot

Tags: , , ,

One Response to “Carcabón : une vieille histoire”

  1. alain GAS dit :

    Encore une superbe première ! Nous avons eu moins de chance que vous cet été à la PSM. Mais on ne désespère pas ! Patrick et Sandrine, je tiens à votre disposition quelques photos prises dans les cavités d’Ason et dans la Gandara notamment. A bientôt et encore bravo !

Laissez une réponse

Subscribe to RSS feed